Vous êtes ici
Accueillir son chien
Accueillir son chien

L'éduquer

Comportement, propreté, respect de son univers, notion de domination ...

Le chien est un animal social. Pour être heureux et équilibré, il doit évoluer dans un milieu parfaitement hiérarchisé. Pour vivre en harmonie avec son chien, il est donc nécessaire d’être clairement le dominant. Autrement dit, c’est vous le chef ! Vous devez lui faire respecter les mêmes règles de vie qu’il aurait rencontrées au sein d’une meute.

C’est pourquoi il existe un certain nombre d’interdits à lui faire respecter. Lors des repas ou de leur préparation, vous ne devez l’accepter ni sous la table ni autour de vous dans la cuisine. Envoyez-le dans son panier ou demandez-lui de rester à distance de la table. Enfin, votre chien doit toujours manger après vous. En effet, dans la nature, les subordonnés mangent toujours après les dominants.

Certains lieux, comme votre lit ou le canapé, doivent être totalement interdits. Permettre à un chien de s’installer sur un fauteuil revient symboliquement à lui donner les mêmes droits qu’à un dominant. Installez-lui un coussin à quelques mètres de vous pour qu’il puisse avoir son coin tranquille.

Ne le laissez pas accueillir vos invités, en sautant ou en grognant. Ce n’est pas à lui de contrôler qui entre ou sort de votre maison. Il ne doit pas non plus sauter sur des gens connus ou inconnus. De même, empêchezle de vous mordiller ou de vous grogner dessus.

 

 

Faire évoluer le chiot dans un environnement varié

Dès les premiers jours, stimulez l’audition de votre chiot. Musique, moteurs de voitures, de mobylettes ou de motos, bruits d’aspirateur… Les bruits les plus variés seront les bienvenus pour habituer le chiot et lui permettre de ne pas avoir peur lorsque vous le sortirez dans la rue. Car, contrairement à une idée reçue, il faut le sortir dès que possible. N’hésitez pas à l’emmener partout avec vous, quitte à le prendre dans vos bras dans un premier temps. Faites-lui vivre un maximum d’expériences diverses. Toute sa vie de chien adulte équilibré sera conditionnée par les sollicitations diverses auxquelles vous l’aurez soumis. Mettez-le au contact de personnes variées, y compris d’enfants pour qu’il s’habitue à leur présence. Exposez-le à un maximum de situations nouvelles : lieux publics, supermarchés, ascenseurs, escalators…  Vous vous rendrez vite compte qu’évoluer dans n’importe quel environnement deviendra, pour lui, un jeu d’enfant.

 

Lui apprendre à être propre

N’attendez pas pour mettre en place un code de bonne conduite. L’apprentissage de la propreté  est une des premières choses à mettre en place.

Il n’existe pas de recette miracle. Pour l’habituer à une forme de routine, il vous faudra sortir votre chiot plusieurs fois par jour, jusqu’à huit fois dans les premiers temps : après les repas et dès qu’il commence à tourner en rond (attention, au début il ne saura pas se retenir).

La première règle est d’être rigoureux sur les horaires de repas et de sorties. Si votre chiot prend ses repas à n’importe quelle heure, il aura du mal à régler son transit. Le mieux est de le nourrir à heures fixes. Sachez que le chiot élimine préférentiellement à trois moments de la journée : à la fin d’un repas, au réveil d’une sieste ou d’un somme ou après avoir joué.

C’est à ces moments précis que vous devez prendre le chiot dans vos bras ou en laisse pour sortir vous promener. Dès qu’il s’accroupit, laissez-le faire et attendez qu’il ait fini pour le féliciter et le caresser. Repérez l’endroit où il a éliminé. En effet, en même temps que ses déjections, le chien a déposé des messages chimiques appelés phéromones.

Celles-ci perdurent très longtemps dans la nature. À la prochaine sortie, ramenez-le à cet endroit précis. Il aura le réflexe instinctif de s’y soulager à nouveau. Sortez le chiot toutes les deux heures environ. Au fur et à mesure de l’apprentissage, espacez progressivement les sorties hygiéniques.

La technique du journal posé dans un coin de l’appartement est fortement déconseillée. Les phéromones traversent le papier et imprègnent le carrelage, la moquette ou le parquet. Le chien se retiendra à l’extérieur pour revenir faire ses besoins à l’endroit où les journaux étaient posés. S’il s’oublie dans la maison, évitez de nettoyer avec de l’eau de javel : l’odeur chimique de ce produit est voisine de celle des phéromones. Cela attire le chien davantage. Préférez le vinaigre blanc. Autre comportement très répandu et totalement inutile, voire stressant : punir le chiot en lui fourrant le nez dans ses déjections. Votre chiot ne se sentira ni vexé, ni humilié. Chez lui, c’est un réflexe naturel de fourrer son nez dans les déjections des autres chiens (c’est pour lui une mine d’informations sur celui qui est passé avant lui).


Entre nous
« La propreté du chien s’inculque comme la propreté chez l’enfant : avec méthode et patience. Entre 6 et 12 semaines, votre chiot doit apprendre  de la même manière qu’un enfant de 1 à 4 ans. Dès lors, inutile de le punir s’il s’oublie à l’intérieur. Et au contraire, n’oubliez pas de le récompenser s’il fait ses besoins à l’endroit choisi. »

 

Lui apprendre les exercices de base

« Assis ! », « Couché ! », « Debout ! », « Pas bouger ! » correspondent à des exercices extrêmement simples à réaliser. C’est le b.a.-ba de l’éducation canine. Vous pouvez débuter l’apprentissage de ces exercices une quinzaine de jours après l’arrivée de votre chiot. Vers six mois, votre chiot est censé les avoir complètement assimilés.

Apprenez toujours les quatre exercices en même temps, sous forme de petites leçons de quelques minutes répétées fréquemment durant la journée.

Deux minutes de « debout » suivies de deux minutes de « couché » suffisent pour que votre chien ne sature pas. Lors de l’apprentissage, le chiot doit être capable de tenir la position pendant une dizaine de minutes. Et c’est toujours vous qui décidez d’arrêter l’exercice, pas votre chien. Au début, soyez le seul à enseigner ces exercices. Une fois qu’ils seront assimilés, tout le monde pourra prendre le relais. Ces exercices d’obéissance sont aussi des exercices de subordination. Grâce à eux, vous mettez en place une hiérarchie dans votre relation. Un chien qui obéit est un chien qui respecte son maître.

Enfin, ces exercices s’apprennent d’abord dans un environnement neutre, bien identifiable par votre chien, à la maison ou dans votre jardin. Par la suite, il est impératif de les lui faire exécuter dans des situations variées avec des sollicitations et des stimulations diverses, dans la rue ou en compagnie d’autres chiens par exemple.

 

Lui apprendre le rappel

Lui enseigner le retour au pied à la demande, quel que soit le lieu, est réalisable après un apprentissage sérieux. Si vous parvenez à lui inculquer cette règle, votre chien vivra en liberté à vos côtés en toute tranquillité et sécurité. Pour capter l’attention de votre chien, il est préférable de placer les exercices sous le signe du jeu.

Pour commencer, accrochez à son collier une cordelette très fine, posez votre chiot par terre et éloignez-vous. Votre chiot va se réfugier aussitôt dans vos jambes. Continuez à marcher comme si vous ne l’aviez pas vu. Au bout de quelques minutes, il va s’éloigner. Dès qu’il ne fait plus attention à vous, cachez-vous discrètement tout en le surveillant. Quand il vous aura retrouvé, faites-lui la fête et recommencez ce petit jeu.

Répétez l’exercice plusieurs fois et dans des contextes différents. Le but à atteindre est que votre chiot se retourne régulièrement pour vous surveiller, et non que ce soit vous qui ayez toujours l’oeil sur lui.

Dès que votre chiot sera familiarisé avec son nom, sortez-le dans un endroit calme. Rappelez-le plusieurs fois avec un ton joyeux en vous accroupissant. Dès qu’il arrive, caressez-le et réitérez le jeu. Sur dix rappels, au moins huit doivent être suivis de jeux pour ne pas qu’il associe rappel et privation de liberté.

Une fois l’exercice compris, habituez-le au port d’une longe très fine que vous laisserez  courir derrière le chien. Dès qu’il sera intéressé par une distraction quelconque, allez près de la longe sans la saisir, baissez-vous et appelez-le. S’il vient, encouragez-le chaudement. S’il ne vient pas, saisissez la longe, donnez des coups secs vers vous tout en l’encourageant. Surtout, ne le réprimandez pas. Flattez-le à l’arrivée et relancez  le jeu. Répétez l’exercice régulièrement. Il doit comprendre que s’il ne revient pas vers vous quand vous l’appelez, il peut être réprimandé.

L’apprentissage du rappel est un travail qui peut prendre plusieurs semaines avant d’obtenir des résultats. Ne vous découragez pas. Une fois acquis, vous pouvez être certain d’être tranquille toute la vie du chien. 

 

Entre nous
« Il est important d’apprendre à votre chien à rester seul. Au début, habituez-le à rester seul durant des petites périodes, avant de progressivement allonger vos moments d’absence. Lorsque vous rentrez, jouez la carte de l’indifférence un moment avant de l’appeler et de le caresser. Et attention, ne le laissez pas seul et enfermé toute la journée. »

 

Les différents colliers

Sans danger ni douleur pour le chien, les colliers électroniques de dressage émettent des stimulations électrostatiques afin de corriger certains comportements. Avant d’envisager son utilisation, nous vous conseillons fortement d’éduquer votre compagnon d’une manière dite « naturelle » durant les 6 premiers mois. Si par la suite des comportements gênants persistent, un collier électronique vous permettra de les corriger :

  • pour vivre en paix avec votre voisinage, un collier anti-aboiement déclenchera automatiquement une stimulation à chaque aboiement ;
  • pour rappeler à l’ordre votre chien à distance, choisissez un collier muni d’une télécommande ;
  • pour éviter les fugues, équipez votre chien d’un collier électronique après avoir enterré une clôture invisible autour de la zone à ne pas franchir. Le collier se déclenchera à chaque tentative de fuite.

Les colliers électroniques sont très efficaces, mais pour bien les utiliser nous vous conseillons de bien vous renseigner auprès de votre spécialiste.

 

Bien utiliser la laisse

 Des sorties régulières sont importantes pour votre chien. Les promenades et les sorties quotidiennes seront ainsi toujours un plaisir et jamais une corvée. Un chien bien éduqué est un chien qui se promène calmement en laisse sans entraîner avec brusquerie son maître dans son sillage. Un chien qui ne sait pas bien marcher et tire sur sa laisse s’impose en leader. Vous ne jouez pas réellement le rôle du maître.

Beaucoup de chiens vivent en milieu urbain. Sur le trottoir, on rencontre des obstacles ou des gens. Si le chien sait marcher en laisse, il sera moins soumis aux distractions qu’il rencontrera sur son chemin, sautera moins facilement sur les gens, ne mangera pas de saletés.

Respectez des horaires fixes et variez les itinéraires. Pensez à faire identifier votre chien par le vétérinaire au cas où il échapperait à votre vigilance. Si vous l’habituez bien, la laisse ne doit pas être pour lui une contrainte mais une sécurité. Une bonne laisse doit être suffisamment solide pour résister aux départs brusques de votre chien et assez légère pour ne pas lui faire mal.

La laisse est essentielle à la sécurité de votre chien lorsque vous vous promenez avec lui. Choisissezla en fonction de la taille de votre chien. Il existe même des harnais pour bien maintenir les petits gabarits. La laisse ne doit pas être vécue comme une contrainte mais comme une liberté sous le contrôle ferme et vigilant du maître. Pour lui faire accepter la laisse facilement, ne la lui mettez pas tout de suite. Habituez-le d’abord au port du collier et de la laisse en les lui laissant, à la maison ou dans le jardin, quelques heures dans la journée.

La marche en laisse est un exercice de base en éducation qui permet d’expliquer que le chien dépend de l’initiative de son maître. Tous deux doivent toutefois être vigilants. Faites toujours des leçons courtes. Répétez-les fréquemment. Détendez votre chien avant. Ne faites pas de marche au pied en ligne droite sur 100 ou 150 mètres, votre chien se désintéresserait de l’exercice. Au contraire, variez les allures et les directions. Petit à petit, il s’adaptera à votre rythme. La laisse mesure entre 1,30 m et 1,50 m. Elle doit être légère, solide. Si elle est en nylon, elle doit être impérativement thermosoudée ou cousue. Si elle est en cuir, cousue et collée. Fuyez les laisses rivetées et les laisses métalliques. Tout comme les laisses à enrouleur qui apprennent au chien à tirer plutôt qu’à bien marcher au pied. Le chien doit apprendre à marcher à votre hauteur. Il est à vos côtés et marche à votre allure, en épousant vos changements de directions et de rythmes. La laisse ne doit jamais être tendue,  toujours être en U. Dès que le chien se met à tirer sur la laisse, détendez-la immédiatement. Donnez une petite saccade sèche avec la laisse, puis changez de direction. Appelez-le gentiment par son nom. Dès qu’il s’exécute, flattez-le de la voix et du geste. À la fin de l’exercice, faites-lui adopter la position assise et immobile pendant au moins cinq secondes après l’avoir détaché. Une remise au calme est obligatoire.

 

 

Nos magasins

Trouver le magasin
le plus proche
de chez vous

Aujourd'hui le 21/01/2020
Lever : 08:34
Coucher : 17:30
21
Calendrier lunaire
Lune descendante
Jour Feuille
Fermer
Les magasins les plus proches de chez vous :
Ou, consulter la carte des magasins :